Les formations à distance : Attention !

Bonjour à tous !

Dans mon article intitulé « Bienvenue dans la vie active (ou pas) », je vous avais promis de vous expliquer pourquoi la formation à distance que j’ai effectué après mon Bac n’a servi à rien. Et bien voici enfin l’explication, mieux vaut tard que jamais comme on dit.

ca4e4e70.gif
Pourquoi moi ?

Pour mémoire, après mon Bac ne sachant pas exactement ce que je voulais faire de ma vie d’adulte j’ai choisi de faire une formation à distance. Pourquoi ? D’abord, parce que les inscriptions dans les écoles « normales » étaient closes quand j’ai enfin choisi ce que je voulais faire. Ensuite, dans mon trou paumé il n’y a pas toutes les options disponibles et mes parents n’étant pas riches (mais trop pour avoir les bourses d’études) je ne pouvais pas me permettre de partir loin faire des études chères avec trajets et compagnie.

J’ai donc pris l’option formation à distance, si on est sérieux, organisé et responsable c’est tout à fait faisable, le problème n’est pas là.

Vente en animalerie, ça me plaisait bien cette idée, je suis donc partie joyeusement sur cette voie. La formation se passe par correspondance, on reçoit les cours à son domicile, on étudie et on a un contrôle à renvoyer à l’organisme de formation.Cela se passe bien, je suis studieuse, je bosse chaque jour de la semaine, et termine ma formation en 10 mois environ. Je reçois mon diplôme avec une bonne moyenne : + de 15/20 si mes souvenirs sont exacts.

gif-animes-3D-15.gif
Empêcher les gosses de faire ça dans les animaleries ^^

Où est le problème alors ? Je n’ai appris qu’en cherchant un emploi, dans le secteur que j’avais étudié en formation à distance que … le diplôme délivré n’est pas reconnu par l’Etat ! Et voilà 10 mois et de l’argent foutu en l’air pour rien. Bonjour Pôle emploi.

warning-red-blinking-sign-animated-gif-1.gif

ATTENTION : si vous envisagez une formation à distance sachez que le seul organisme qui donne des diplômes reconnus par l’Etat est le CNED ! Les autres formations à distances (CNFDI, Culture et formations, etc) sont soumises au contrôle pédagogique de l’Etat mais ça s’arrête là, les diplômes ne sont pas reconnus. Dans certains cas cela ne bloquera pas pour trouver un emploi dans le secteur pour lequel vous vous êtes formés mais cela peut quand même poser des problèmes alors MEFIANCE !

Publicités

Liebster Award

Nominé par Lampy voici mes réponses :

  1. Que voudrais-tu qu’on pense de toi en lisant ton blog ?  Que les lecteurs se disent qu’ils ne sont pas seuls à avoir une vie bizarre voir compliquée.
  2. Quand as-tu commencé à bloguer la toute première fois ? Au lycée, un blog avec des images de choses que j’aimais
  3. A part bloguer que fais-tu sur le web ? Facebook et Showroomprivé, consulter mes mails, en gros ça s’arrête là.
  4. Ton livre de chevet ? En ce moment : « Sissi, ses frères et soeurs, valses tragiques en Bavière »
  5. Si demain tu gagnais au loto que ferais-tu ? Je finirai de payer le prêt immobilier de la maison, je m’offrirai une voiture neuve et un voyage sympa et économies pour le reste.
  6. Une figure historique préférée ? Oulala j’en ai plusieurs, je dirai quand même l’impératrice Elisabeth d’Autriche dite « Sissi » et Louis XIV « le roi Soleil »
  7. Tes études correspondent-elles à ta carrière actuelle ? Absolument pas. J’ai fais un bac Littéraire et je suis assistante maternelle
  8. Lis-tu la presse ? Pourquoi? Non, pas le temps ou l’envie comme vous voulez
  9. Un roman de Stephen King ? Euh désolé ce n’est pas mon genre de lecture
  10. Doit-on écouter sa raison ou son coeur ? Les 2 cela dépend des situations.
  11. Et enfin, quel est ton article préféré sur ton blog ? Pour le moment, il y en a très peu mais je dirai « Bienvenue dans la vie active ».
11737552_10207254328745322_926166097_n
C’est dingue !

11 anecdotes sur moi :

  1. J’ai peur du feu, pas des bougies mais allumer une cheminée c’est mission impossible pour moi.
  2. Je pleure si on me donne un poisson entier à cuisiner, il faut leur couper la tête ils ont beau être mort ça me dégoute
  3. Quand j’étais petite je croyais que mon père était un type bien, OH la boulette !
  4. Je suis fan de l’univers Disney .
  5. Les betteraves c’est pas bon d’abord !
  6. J’adore les vampires, loups garous, fées, licornes et autres créatures magiques.
  7. La patience et moi ça fait 2. Je déteste être en retard et j’aime pas quand les gens disent une heure et se pointent beaucoup plus tard.
  8. Je suis grosse mais je n’ai aucune volonté pour suivre un régime ou arrêter le chocolat : miam trop gourmande,tant pis au moins j’ai une bouée intégrée pour me baigner.
  9. Anne Robillard et Meg Cabot sont mes auteurs contemporaines favorites.
  10. J’imagine souvent des trucs que je voudrais réaliser mais une fois fait …euh… ça ressemble rarement à mon idée de base.
  11. J’aime le rose mais il parait que c’est pour les petites filles alors CHUUUUUT !

 

 

#Je suis…

#Je suis…

. Humaine ! Voilà le seul mot qui compte : humanité. Le 13 Novembre 2015 je n’étais pas Paris, je ne serai pas plus Bruxelles le 22 Mars 2016.

. Choquée ! Ca oui, par toute cette violence, cette haine envers des gens que les terroristes ne connaissent pas mais qui selon eux doivent mourir. Pourquoi ? La différence tout simplement, de religion, de couleur de peau, de valeurs, de mode de vie tout est prétexte à haïr.

. Athée ! Alors non je ne prierai pas pour Bruxelles, pas plus que pour Bamako, Paris, Damas et la liste est si longue. Prier est un refuge pour ceux qui croient peu importe à qui ou à quoi, et tant mieux, j’espère que cela leur donne de la force et de l’espoir.

. Le passé ! En voyant tout ces hashtags comme on dit je repense à avant, l’air sans réseaux sociaux ultra développés et je me dis que non je n’aurai pas non plus été New York le 11 Septembre 2001. Car toutes ces horreurs me dégoutent au plus haut point, je ne les comprend pas et ne les comprendrai jamais, mais pour autant non je ne suis pas une ville, un pays, une communauté juste à un moment M.  Je repense à mes premiers cours d’Histoire où je ne comprenais pas les guerres de religion, les guerres mondiales etc.

. Partout ! Alors si il fallait mettre un hashtag à chaque fois qu’on voit ou lit quelque chose qui nous choque ou nous rend triste ou furieux je serai juive, indienne d’amérique, orthoxe, protestante, rwandaise, syrienne, Paris, Bruxelles, New York, Londres et tant d’autres…

. Contre la discrimination ! Sous toutes ses formes, je suis contre la discrimination, la haine, les préjugés qui commencent dès l’enfance, l’éducation, la cours de récré et qui s’arrêtent si on fait un effort de réflexion minimum ou qui continuent voir s’amplifient si on n’y prend pas garde.

Voilà mes #Je suis .

Ceci est un billet d’humeur sans rapport avec le reste mais il était important pour moi de dire ce que je ressens.

Bienvenue dans la vie active (ou pas)

Oulala mais ça fait un moment que je n’ai rien écrit, Coucou les gens ! Et oui ma drôle de vie est parfois bien remplie.

Revenons à nos moutons et continuons à suivre le fil d’une histoire comme tant d’autre.

Donc nous en étions resté au fait que je ne suis pas aller à la fac, oh la vilaine ! Trop de souffrances dans ma scolarité m’ont surement incité à ne pas poursuivre mais il y a une autre raison . A 18 ans je faisais parti de ces gens qui ne savent pas encore ce qu’ils veulent faire de leurs vies. Là où naïvement à 5 ans on répond « Princesse » ou « vétérinaire », à 10 ans « pop star » et bien plus on grandit et plus on se rend compte que choisir un métier ce n’est pas si simple.

tumblr_md1tb69i6S1ri2pk9o1_500
Quand je serai grande je serai Princesse !

A 18 ans je n’ai donc pas quitté ma province décidé à empoigner la vie (culture Nostagie) ne sachant pas ce que je voulais faire de ma vie justement. « Mais tu as fait un Bac L non ? Deviens prof de lettres! » ou comment faire comprendre à son entourage que forcer des gamins qui s’en fichent royalement à lire Ovide cela ressemble à donner du  caviar à des cochons … Non enseigner ce n’était pas pour moi .

J’ai donc passé 1 an en formation à distance pour rien (je vous expliquerai pourquoi dans un prochain article promis) en me disant que la vente en animalerie ça me plairait. N’ayant pas trouver par la suite d’emploi dans ce domaine, direction les boites d’intérim et notre tant détesté … Pôle Emploi. Ce dernier ne m’a jamais aidé en quoi que ce soit mais après tout ils sont pas là pour ça.

L'utilité de Pôle Emploi
L’utilité de Pôle Emploi

Pour avoir un job, merci l’intérim, je n’ai jamais gagné autant d’argent qu’à cette période. 8 mois d’affilée au sein d’Orange, à répondre au téléphone à des gens qui n’ont pas payés leurs factures et qui t’engueulent parfois (genre c’est ma faute si vous payez pas bien sûr). Ce fut ma 1ere expérience de travail, et j’en remercie les employeurs qui ont eu le COURAGE de me donner cette opportunité car soyons honnêtes : trouver un boulot quand on a aucune expérience et pas le permis c’est compliqué, très compliqué même quand la boîte où vous voulez travailler est suffisamment proche de votre domicile pour y aller « à pied » et oui !

Je reviendrai lors d’un prochain article sur les joies et la logique des personnes qui nous font passés les entretiens d’embauche parce que parfois ça laisse vraiment à désirer.

Pour l’instant voilà, je suis enfin dans la vie active, du moins pour 8 mois et après … suspens ! Suis-je devenue une princesse comme je le désirais à 5 ans ? Vous le saurez en suivant le prochain épisode de ma drôle de vie.

L’amitié : un bien si précieux .

L’amitié est un joyau dont le coeur est l’écrin . Cette phrase était affiché sur un mur chez ma grand-mère, je l’ai toujours trouvé superbe de vérité.

Comme vous le savez si vous avez lu mon précédent article, on m’a toujours dit que je n’aurai jamais d’amis. Et bien si, j’en ai figurez-vous chers bourreaux de mon passé. J’en avais même déjà dans mon enfance mais ils n’étaient pas dans ma classe donc je n’avais personne avec qui jouer, parler, m’épanouir quoi.

v5vc0mts

J’ai une amie depuis que je suis toute petite, avant l’école. Ma meilleure amie comme on dit, nos parents se connaissaient avant nos naissances, bref. Malheureusement elle a 6 mois de moins que moi donc nous n’étions pas dans la même classe. Dommage pour moi. Tout ça pour vous dire que malgré le harcèlement scolaire j’avais une amie, ce n’est pas beaucoup mais c’est mieux que rien. Est-ce grâce à elle que j’ai tenu si longtemps? Probablement.

La liste de mes amis n’intéresse personne, j’en suis consciente, je tiens juste à dire que mes bourreaux avaient tort. J’avais et j’ai toujours des amis. Ma meilleure amie dont je vous parlais plus haut est toujours là pour moi et moi pour elle.

Au fil des ans je me suis fait quelques amis, pas à l’école mais en centre aéré par exemple (il m’en reste une très chère à mon coeur).

Au collège, pour la première fois de ma vie j’ai eu une amie dans ma classe, mais c’était tellement nouveau pour moi que je l’ai étouffé (je voulais la garder rien que pour moi) ma pauvre Ambre ! Je ne savais tout simplement pas comment agir avec une amie à l’époque, je te demande pardon.

Au lycée, MIRACLE, il y avait quelques filles dans ma classe qui avaient l’intelligence de ne pas s’occuper de l’apparence et des méchancetés des autres et qui me parlaient. Merci les girls !

L’amitié est précieuse, ces amis je les aime comme des membres de ma famille, je sais que je peux compter sur eux et je pense qu’ils savent qu’ils peuvent compter sur moi.

5u02ue1j

Chers lecteurs, sachez avoir des amis précieux . Mieux vaut en avoir peu de vrais que beaucoup mais faux.

Le harcèlement scolaire

Mmmmmh rien que le titre on sent la joie et le bonheur qui arrivent, YOUPI !

Non c’est un sujet très sérieux, comme vous avez pu le voir si vous avez lu mon article précédent https://drledevie.wordpress.com/2015/10/26/cest-parti/ j’ai moi-même subi le harcèlement scolaire durant TOUTE ma scolarité. Oui oui vous avez bien lu, pas juste le temps de changer de classe, de grandir ou quoi que ce soit.

Les enfants sont cruels entre eux, certains frappent leurs camarades ce qui n’a pas été mon cas, mais c’est de plus en plus fréquent (ou de plus en plus mis au grand jour plutôt). On pourrait penser que cela n’arrive que dans les ZEP, mais non Quel que soit le milieu social ou culturel il y a des enfants/ados bourreaux et de l’autre côté leurs victimes. Ce n’est pas parce qu’on grandit dans un milieu favorisé qu’on est forcément quelqu’un de bien et inversement. Bref c’est un autre débat.

ecole_075
S’évader de la classe ça fait du bien

Pour en revenir au harcèlement, j’y ai eu droit pendant 15 ans, du harcèlement moral ça fait des dégâts aussi croyez-moi. Pourquoi je n’en ai pas parlé à mes parents ou aux instits me direz-vous. C’est simple, on a PEUR, que cela ne change rien, ou pire que cela aggrave les choses, et oui « tu m’as dénoncé, au lieu de souffrir en silence, donc on va te la faire payer » . Ce n’est peut-être pas très rationnel mais quand on est enfant ou ado ce n’est pas toujours évident de savoir quoi faire.

Mes bourreaux camarades de classe se moquaient de moi presque chaque jour, « tu es moche », « tu es bête », « normal que tu n’es pas d’amis » et j’en passe. Ce n’était que des boutades diront certains, OK mais quand tu entends ça perpétuellement ça fait mal et tu finis par te dire que c’est eux qui ont raison puisque effectivement je n’avais pas d’amis.

Cela aurait pu s’arranger en grandissant pensez-vous, et non parce qu’après l’enfance, il y a l’adolescence . Et là c’est encore pire, quand enfant on me disait « tu es moche  » ado cela devient pire puisque c’est l’âge des 1ers « petit copains ». Là ça passe à des phrases du style « aucun mec ne voudra jamais de toi », et on s’en persuade soi-même surtout quand ça dure du collège à la fin du lycée.

Un jour la délivrance arrive : les résultats du baccalauréat, je suis reçue (pas de mention et alors) c’est LE bonheur, enfin débarrassée de toutes ces personnes nuisibles qui m’ont tant fait souffrir. Autant vous dire que je ne suis pas aller à la FAC j’avais trop souffert je n’en pouvais plus.

Je me souviens de mes pires bourreaux, celles du lycée, qui devaient trouver cela tellement drôle de s’en prendre à moi. Je ne me défendais pas, je ne disais rien, je pleurais chaque soir en rentrant chez moi, mais elles étaient sûrement ravies d’être des garces.

Le temps a passé depuis la fin de ma scolarité, mais 10 ans plus tard je pense encore que je suis moche, que mon homme (et oui j’en ai quand même eu un et le plus génial qui soit en plus) pourrait me quitter à tout moment, que mes amis finiront par me laisser et toute la panoplie de la personne mal dans sa peau.

A mes bourreaux, ils ont ruinés une bonne partie de ma vie même une fois adulte. Tous ceux qui critiquent les autres et se moquent d’eux se rendent-ils compte des dégâts qu’ils font ? J’espère que non sinon c’est encore pire que je le pensais.

Promis la prochaine fois on va sur du plus léger.

C’est parti !

Par où commencer ? Ce n’est pas si évident de choisir un premier sujet, mais il parait que la base qui nous apprend la vie c’est l’école. OK c’est parti pour l’enfer école.

Ah le merveilleux temps de l’enfance, l’insouciance et blablabla, attendez QUOI ? Peut-être que pour certains cela a été vrai, tant mieux pour eux, mais pour moi l’enfance me ramène toujours à l’école où j’ai vécu un cauchemar de ma petite section de maternelle à ma Terminale, soit de mes 3 ans à mes 18 ans.

Et oui loin des généralités du style « ce n’est pas grave avec le temps on oublie » ou « ce n’est pas méchants, c’est des enfantillages », on se construit avec les autres, nos camarades de classe et quand ces monstres autres ont décidés que vous seriez leur souffre-douleur laissez moi vous dire que la construction de votre personnalité est assez … disons particulière.

photo-3134833-M

Je ne prétend pas avoir souffert de violences, dans le sens où aucun de mes camarades ne m’a frappé mais les mots font souvent plus de mal et restent gravés pour certains au fer rouge dans la mémoire. Alors le laïus « avec le temps on oublie » laissez moi vous dire que c’est du flan pour rester polie.

Pour résumé, quand chaque jour on te dit que tu es moche, que tu es bête, en gros que tu n’auras jamais d’amis et que tu seras seule toute ta vie, et bien ça laisse des traces. Surtout quand on te le dit pendant des années, et que cela vient de camarades de classe ou même de gens que tu croises dans la rue et qui sont de parfaits inconnus.

Alors oui, le passé est le passé et ce ne sont que des mots, mais on se construit en pensant que si tout le monde le dit c’est que c’est vrai et quand quelqu’un un jour vous montre de l’intérêt même une fois adulte vous vous dites que ce n’est pas possible que ça finira mal de toute façon parce que vous avez grandi dans cette idée.

Finalement non, le passé reste toujours un peu en nous dans notre présent et nous influence pour l’avenir. Briser ces souvenirs est plus compliqués qu’on le croit. A mes bourreaux, merci de m’avoir transformé si profondément que même aujourd’hui à 27 ans j’en souffre encore.

Rassurez-vous amis lecteurs, mes articles ne seront pas tous aussi noir mais il faut savoir d’où on vient pour savoir où on va.

Pourquoi un blog ?

y4fgafcn

C’est THE question, pourquoi écrire un blog ? Il y en a des milliers, plus ou moins intéressants, plus ou moins bien faits, etc. Alors il n’y a plus rien à dire à force, non ? Non !

Nous avons tous notre vécu, nos anecdotes, notre parcours personnel, et nous n’avons pas tous envie ou besoin de le partager. J’ai choisi d’écrire comme un exutoire, parce que je suis de ces gens qui gardent beaucoup de choses en eux jusqu’à en exploser, de colère, de peur, de tristesse ou juste de « trop plein ».

Cela ne passionnera peut-être personne mais si un seul lecteur peut se sentir concerné ou se dire « hey moi aussi j’ai vécu ça je ne suis pas si seul » alors tant mieux.

Du harcèlement scolaire aux déboires de la vie « active », du moment bizarre de l’enfance aux problèmes de boulot, je vous propose un détour dans ma Drôle de vie.

Bonne lecture !